14 octobre 2018

GM

Un an après, que sont devenus les salariés de GM&S à La Souterraine ?

Publié le 23/05/2018 à 11h28. Mis à jour à 11h48 par SudOuest.fr avec Afp.
S'ABONNER À PARTIR DE 1€COMMENTAIRES SUSPENDUSUn an après, que sont devenus les salariés de GM&S à La Souterraine ?En mai 2017, les ouvriers de GM&S avaient un temps piégé leur usine avec des bonbonnes de gaz
AFP

En mai 2017, les ouvriers de GM&S, en liquidation judiciaire, secouaient les débuts de la présidence d’Emmanuel Macron. Aujourd’hui, quelque 150 d’entre eux sont au chômage et, loin des projecteurs, l’usine creusoise reprise tourne au ralenti

À la Souterraine, GM&S, n’existe plus. L’usine creusoise qui employait 277 salariés avant sa mise en  liquidation judiciaire en mai 2017 s’appelle désormais LSI (La Souterraine Industry) et elle ne fonctionne plus qu’avec moins de la moitié du personnel. 150 ouvriers sont au chômage et loin des projecteurs, l’usine reprise tourne au ralenti malgré les engagements des constructeurs automobiles et du gouvernement.

Ce mercredi, Jean-Pierre Floris, délégué interministériel aux restructurations d’entreprises, doit visiter le site avec son repreneur, Alain Martineau, avant de participer à Guéret à une session du comité de pilotage, créé l’an dernier pour suivre le sort des licenciés et le bon fonctionnement de la nouvelle entité.

Recours devant le tribunal administratif

Les ex-GM&S, pourtant ne désarment pas. Ils seront jeudi au tribunal administratif de Limoges pour contester le plan social: consultation du CE non conforme, mauvais critères pour choisir les licenciés, discrimination syndicale…

La rédaction vous conseille
En mai 2017, les ouvriers de GM&S, en liquidation judiciaire, secouaient les débuts de la présidence d'Emmanuel Macron.En mai 2017, les ouvriers de GM&S, en liquidation judiciaire, secouaient les débuts de la présidence d’Emmanuel Macron.
CRÉDIT PHOTO : AFP

Leur avocat, Me Jean-Louis Borie, attaque sur tous les fronts sans perdre son objectif de vue: engager la responsabilité civile de Peugeot vis-à-vis de l’équipementier automobile et faire reconnaître le préjudice causé aux ouvriers creusois par son désengagement, qui était selon lui programmé secrètement dès 2014. "Une bonne centaine de salariés sont déjà concernés par cette procédure", qu’il déposera "très prochainement" indique-t-il.

"Moral des salariés au plus bas"

Depuis septembre dernier et la reprise pour un euro symbolique de l’emboutisseur avec moins de la moitié du personnel (120 sur 277)  "le moral des salariés est au plus bas" à La Souterraine et "le site tourne à peine à 35% de son potentiel", résume Yann Augras, syndicaliste CGT employé aujourd’hui par LSI, décrivant une usine vide et silencieuse. 

Les salariés de GM&S avaient notamment reçu le soutien de Philippe PoutouLes salariés de GM&S avaient notamment reçu le soutien de Philippe Poutou
CRÉDIT PHOTO : AFP

Bruno Le Maire, le 21 mai 2017, annonçait pourtant avoir obtenu 25 millions d’euros de commandes, dont 10 millions de PSA et autant de Renault, rappelle le syndicaliste..  "Bilan ?", enchaîne son collègue René Bastier, élu CGT au CE de la nouvelle entité: 2,3 millions d’euros de chiffres d’affaires et 1,3 million de déficit pour le seul premier trimestre 2018. 

"Personne ne sera laissé sur la bord de la route", assurait aussi le tout nouveau ministre de l’Économie lors de sa visite le 19 juillet, après le passage de Philippe Poutou ou Jean-Luc Mélenchon, venus à l’approche des législatives dénoncer "la brutalité d’un modèle économique" qui "pousse les ouvriers à des moyens extrêmes", comme les GM&S, qui avaient un temps piégé leur usine avec des bonbonnes de gaz.

17 salariés seulement ont retrouvé un emploi

Aujourd’hui pourtant, malgré le déploiement des moyens de l’État, seuls 17 des 154 licenciés ont retrouvé un emploi. "Le plus souvent par la bande", explique Vincent Labrousse, ancien délégué CGT lui-même licencié. Invités de la Fête de l’Huma ou de manifestations de cheminots, les ex-GM&S veulent rester très présents dans "la bataille médiatique et politique", dit-il.

"On est une bonne centaine très actifs en parallèle de nos démarches perso pour retrouver un emploi. La solidarité est toujours là. Et même si les meilleures volontés parfois fatiguent, la vision reste commune: ce qui nous est arrivé est injuste et lamentable, jeter des gens comme ça sans contrepartie alors qu’ils ne sont pas responsables du naufrage économique ça n’est pas normal, et cela ne doit pas se reproduire", dit ce militant qui fait partie du comité de pilotage. 

Les ouvriers de GM&S dénonçaient le retrait brutal des commandes de Peugeot et Renault, donneurs d'ordres historiques de l'entrepriseLes ouvriers de GM&S dénonçaient le retrait brutal des commandes de Peugeot et Renault, donneurs d’ordres historiques de l’entreprise
CRÉDIT PHOTO : AFP

Quelle responsabilité des donneurs d’ordre ?

Son nouveau combat ? Un projet de loi dit GM&S, qu’il a contribué à écrire et qu’il espère voir inscrire au menu parlementaire. Le texte veut faire reconnaître la responsabilité vis-à-vis des sous-traitants d’un donneur d’ordre employant plus de 5.000 personnes en France (ou 10.000 dans le monde) et qui tient plus de 30% d’un carnet de commandes.

Car, pour lui, c’est bien le retrait brutal des commandes de Peugeot et Renault, donneurs d’ordres historiques de GM&S, qui a précipité le sort du deuxième employeur privé d’un des départements français les plus défavorisés.

Posté par Adminixce à - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur GM

Nouveau commentaire